«LE BONHEUR D’ETRE CHASSEUR DANS LE NORD»

Communiqué de presse de la Fédération des Chasseurs du Nord avant l’ouverture générale du 21/09/2014

La Chasse est un immense bonheur pour 1 250 000 de nos concitoyens français, dont près de 27 000 nordistes. Le bonheur d’être Chasseur reste entier dans ce pays d’excellence cynégétique qu’est la France, même si chaque jour, il faut la défendre davantage. Le bonheur d’être Chasseur prend toutes ses dimensions dans ce département du Nord à la biodiversité cynégétique incontestable dans laquelle se retrouvent bon nombre d’adeptes regroupés au sein de la troisième Fédération de France.

Nos biotopes, notre territoire, notre faune sauvage, la diversité de nos modes de chasse, et notre culture cynégétique sont en effet unique au monde ! Ce sont un Trésor et un patrimoine d’exception à préserver !

Par besoin d’un vrai contact avec la nature, loin de la vision aseptisée qui nous est offerte de nos jours, un nombre croissant de nordistes viennent à la chasse. Bien sûr, le nombre de chasseurs continue de baisser par l’effet de la pyramide des âges et des nombreuses offres de loisirs dont bénéficient désormais les français dès leurs plus jeunes âges. Près d’un millier de nouveaux Chasseurs ont validé leur permis de chasser pour la première fois au guichet unique de la Fédération des Chasseurs du Nord. Cette évolution est bien sur le fruit d’un travail national, tels que la simplification du permis de chasser et la possibilité de valider son permis en ligne, mais c’est aussi le résultat des efforts de communication menés par la Fédération des Chasseurs du Nord, pour promouvoir la pratique de la Chasse. L’effet ciseaux entre la pyramide des âges et ces nouvelles recrues n’est toutefois, pas encore atteint. Le Nord perdra encore cette année quelques 500 Chasseurs, et nous espérons que le point d’équilibre puisse être atteint dans les prochaines années pour inverser la tendance.
Pour pouvoir chasser, il faut du gibier en quantité raisonnable pour que le plaisir de la quête reste entier. Le Nord, par sa grande diversité cynégétique, reste un département phare en petit gibier, comme en gibier d’eau.

  La perdrix grise, reine des plaines du Nord, a connu toutefois, et pour la troisième saison consécutive, une année de reproduction très moyenne. Les échantillonnages menés par les services techniques de la Fédération à travers le département (voir fichier joint), donnent des résultats de reproduction entre 2 et 4.5 jeunes par poule suivant les territoires et les arrondissements. Les meilleurs résultats se situent cette année dans le Douaisis et le Dunkerquois, avec des moyennes oscillant entre 3 et 4.5 jeunes par poule alors que le Cambrésis, le Valenciennois ou la région de Lille, sont souvent sous la barre des 3 jeunes par poule. Dans l’Avesnois, comme dans le Dunkerquois, les faibles densités de couples présents au printemps 2014 et cette année très moyenne de reproduction, ne laisse guère espérer de prélèvements pour les chasseurs. Préserver le capital reproducteur doit être essentiel pour nos Chasseurs du Nord ! Sous la barre de trois jeunes par poule, tout prélèvement par la chasse, dégradera la situation de la perdrix grise au printemps 2015. J’en appelle donc à la responsabilité des Chasseurs du Nord, pour raisonner les prélèvements suivant le résultat de la reproduction de la perdrix grise sur leur territoire afin de préserver notre « REINE DES PLAINES » au cours des trois journées de chasse qui lui seront accordées cette saison.

  Pour le lièvre, je suis beaucoup plus optimiste, 2014 il faut le dire, est pour le lièvre une excellente année de reproduction. Le lièvre dans le département du Nord est géré à travers un plan de gestion cynégétique, couplé à une limitation des jours de chasse. Pour une grande majorité des chasseurs du Nord, la chasse du lièvre sera limitée à 5 journées de chasse avec des quotas de prélèvements validés par un arrêté préfectoral. Seuls les territoires bénéficiant de fortes attributions sur les arrondissements de Lille, Douai et Dunkerque (supérieur à 25 lièvres attribués aux cent hectares), disposent d’une période de chasse plus étendue. Ce plan de gestion lièvre, imposé par la Fédération depuis plusieurs années, et inscrit dans le schéma départemental de gestion cynégétique, se doit d’évoluer pour le rendre moins impopulaire. La commission « petit gibier » de notre fédération devra travailler conjointement avec les services techniques pour définir des entités de gestion cynégétique cohérentes pour la gestion de l’espèce, sans imposition, si moins de 60% des détenteurs de droits de chasse de cette entité cynégétique, représentants moins de 60% du territoire, ne sont pas favorables à ce plan de gestion. De même, les conditions de modulation devront être revues, pour libéraliser le système avec une simplification des démarches administratives et une extrême souplesse.

   Le faisan commun a lui aussi connu, une excellente année de reproduction. On voit de belles couvées partout à travers le département. L’arrêté d’ouverture et de fermeture du département du Nord n’est toutefois pas adapté pour une gestion du faisan naturel, puisque l’administration a imposé pour cette espèce une ouverture le 21 septembre et une fermeture le 28 février sans aucune autre restriction. La seule possibilité offerte aux Chasseurs du Nord pour gérer le faisan naturel sur leur territoire, reste le plan de gestion cynégétique sur 6 ans qui définit un objectif de niveau de population souhaité, et les moyens déployés pour atteindre cet objectif, en terme d’aménagement du territoire, de régulation des prédateurs et bien entendu, d’encadrement des prélèvements. La Fédération des Chasseurs du Nord est à la disposition des responsables de territoires, pour élaborer ensemble un tel plan de gestion qui peut se limiter à une commune, à un groupement de communes, à un canton ou encore à un G.I.C.

    Le lapin de garenne est en forte expansion sur l’ensemble du département. Même si des foyers de myxomatose et de VHD ont réduit certaines populations avant l’ouverture, les prélèvements des Chasseurs devront être raisonnés et suffisants pour limiter les dégâts aux cultures.

Pour le gibier d’eau, les premières retombées de l’ouverture du 21 août sont positives. La reproduction locale du colvert a été bonne, et les Chasseurs ont pu prélever quelques oiseaux en ce début d’une nouvelle saison qui voit aussi l’autorisation de prélever la Bernache du Canada et l’Ouette d’Egypte.
Pour ce qui est des migrateurs, la saison vient de démarrer, et il est impossible de faire des estimations mais nous savons que ce n’est pas le manque d’oiseaux qui cause problème, la plupart sont d’ailleurs en bon état, voire très bon état de conservation alors que contraintes et restrictions pèsent chaque jour davantage, sur cette chasse populaire dont de nombreux Chasseurs du Nord sont adeptes. Depuis la directive oiseaux et sa transposition très restrictive en droit français, les Chasseurs de migrateurs ont vu leur territoire s’amenuiser, le nombre d’espèces chassables diminuer, et la tendance à sanctuariser la nature sous l’impulsion des « escrologistes » s’accentuer de façon insupportable. Le vote du SRCE dans le Nord, en juillet dernier, malgré les revendications des Chasseurs, montre le mépris accordé aux Chasseurs par cette majorité rose/verte du Conseil régional Nord-Pas de Calais. J’ai pleine conscience des revendications de nos chasseurs de gibier d’eau, et notre Fédération du Nord les accompagne pour exiger qu’il ne faille plus reculer les dates d’ouverture et de fermeture et qu’il faut abandonner ces moratoires sur certaines espèces injustifiés. Il faut en revanche sans tarder, se doter des études scientifiques incontestables qui légitiment cette prise de position. S’attaquer aussi aux vraies causes du déclin de certaines espèces, notamment l’artificialisation des milieux.

Enfin, pour le grand gibier, le fait que le Nord soit le département le moins boisé de France, nos populations de grands gibiers sont prospères pour la plus grande joie de nos Chasseurs de grand gibier. La reproduction du chevreuil semble très bonne et va permettre des prélèvements raisonnés, encadrés dans un plan de chasse triennal renouvelé cette année pour la période 2014/2017.

Le cerf en forêt de Mormal demeure l’emblème de ce massif avec des prélèvements annuels de moins d’une centaine de têtes.

Le sanglier enfin, avec une baisse significative des effectifs constatée la saison dernière, et confirmée par un comptage ONF en forêt de Raismes – Saint Amand, connait lui aussi une très bonne reproduction. Il est connu que le sanglier reproduit trois fois tous les deux ans, 2014 est une année de double reproduction pour l’espèce. Le souci de l’équilibre agro-sylvo-cynégétique doit être largement pris en considération par tous les responsables de territoire(s) de chasse au grand gibier du département. Les densités de populations doivent demeurer en adéquation avec le milieu pour ne pas le dégrader.

Si, hormis pour la perdrix grise, la saison 2014/2015 s’annonce sous de très bons auspices, le bonheur d’être Chasseur et la joie de l’ouverture ne doit pas occulter le tragique accident mortel dont l’un des nôtres fut victime lors de notre récente ouverture gibier d’eau. Faire de la sécurité à la Chasse une priorité est le souhait de votre Préfet du Nord et est aussi le souci permanent de votre Fédération, largement traduit, à travers la révision de notre schéma départemental de gestion cynégétique en cours d’instruction. Cet accident doit remettre en cause chaque chasseresse et chasseur du Nord. Les habitudes, l’excès de confiance en soi font souvent perdre la vigilance et certaines notions de sécurité. Votre Fédération a mis en place, en ce début d’année 2014 des formations « sécurité à la chasse en battue » et sécurité « affûts-approches ». Ces formations connaissent un franc succès et je m’en réjouis. Nous devons encore aller plus loin en terme de sécurité, et nous envisageons de proposer prochainement, aux Chasseurs les plus chevronnés, une matinée de recyclage volontaire du permis de chasser, pour réapprendre les règles de maniement élémentaires des armes.

Le bonheur d’être chasseur dans le Nord, c’est aussi le bonheur de faire partager aux non-chasseurs cette passion qui nous anime. Le monde de la Chasse bouge, à la volonté de s’ouvrir sur l’extérieur, de faire partager ses émotions, et de susciter de nouvelles vocations. L’opération nationale « un dimanche à la Chasse » à laquelle la Fédération des Chasseurs du Nord et sa commission « communication » ont souhaité adhérer, permettra aux Chasseurs du département de s’ouvrir sur l’extérieur ce dimanche 19 octobre. Faites en une large publicité autour de vous pour que nombreux Chasseurs et non-Chasseurs partagent le temps d’une matinée les sensations et les émotions d’une Chasse raisonnée et durable.

De la Chasse cueillette de nos grands-pères, nous sommes passés à la Chasse gestion de nos pères pour aboutir à la Chasse durable d’aujourd’hui. Le bonheur d’une Chasse durable dans le Nord, s’obtient par la maîtrise des territoires – maîtrise parcellaire, mais aussi maîtrise qualitative du territoire-, du gibier, des Chasseurs et l’acceptation sociétale de la Chasse.

C’est en défendant une telle Chasse durable, que nous pérenniserons la Chasse pour que nos descendants puissent à leur tour, partager le bonheur d’être Chasseur dans le Nord.

Bonne et heureuse ouverture, à tous les Chasseresses et Chasseurs du Nord.

Jean-Marc DUJARDIN
Président de la FDC59

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire